Spondylarthrite ankylosante et troubles neurologiques

La colonne vertébrale, avec ses nombreuses vertèbres, permet de soutenir tout le squelette et facilite la mobilité du corps. Une affection ou une maladie touchant la colonne vertébrale peut très vite devenir invalidante et avoir des répercussions sur les autres parties du corps. C’est le cas de la spondylarthrite ankylosante, une maladie chronique qui rend pénible les mouvements notamment au niveau de la colonne vertébrale et qui peut même causer des troubles neurologiques.

Qu’est-ce qu’une spondylarthrite ankylosante ?

Encore appelée spondylite ankylosante, la spondylarthrite ankylosante est une maladie inflammatoire qui sévit au niveau du bas du dos et de la colonne vertébrale. C’est un rhumatisme de type chronique qui se manifeste par la soudure des vertèbres situées au niveau des articulations sacro-iliaques. Par conséquence, la colonne vertébrale devient rigide et douloureuse surtout au niveau du bas du dos.

Quels sont les symptômes d’une spondylarthrite ankylosante ?

Au nombre des signes avant-coureurs de cette maladie inflammatoire, notez :

  • Des douleurs lombaires plus aigües la nuit ;
  • Une raideur et des douleurs matinales ;
  • Des douleurs au niveau de la nuque accompagnées de céphalées ;
  • Apparition de ballonnements et d’œdèmes ;
  • Fièvre et fatigue ;
  • Apparition du psoriasis ;
  • Des douleurs articulaires ;
  • Difficulté à faire des mouvements au niveau de la hanche, des genoux et du dos.

Quelle est la cause de la spondylarthrite ankylosante ?

Jusque-là, la cause exacte de ce mal n’est pas encore connue. Par contre, d’après certaines études sur la génétique, il a été démontré que les personnes souffrant d’une spondylarthrite ankylosante sont généralement porteuses du gène HLA-B27. Mais il n’a pas été prouvé que c’est le gène responsable de cette maladie chronique. Aussi, c’est un mal qui touche beaucoup plus les hommes que les femmes et il survient souvent dans les premières années de la vingtaine.

Quel est l’impact de la spondylarthrite ankylosante sur les troubles neurologiques ?

Le système nerveux est constitué essentiellement du cerveau, de la moelle épinière et de tout l’ensemble des nerfs. Cela veut dire que l’ensemble du système nerveux peut être touché, car la douleur de la spondylarthrite peut irradier vers d’autres parties du corps telles que les genoux, les doigts et les orteils, la hanche, le rachis et parfois la partie supérieure du corps. À ce niveau, on peut citer une uvéite antérieure, c’est-à-dire une inflammation de l’iris, des affections pulmonaires et des douleurs au niveau des articulations. De plus, la maladie a un effet comprimant sur les nerfs qui font partie du système nerveux. 

Spondylarthrite Ankylosante et troubles neurologiques

Comment diagnostiquer une spondylarthrite ankylosante ?

Il existe plusieurs moyens pour reconnaitre la spondylite ankylosante. On peut procéder à une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique), une radiologie ou des analyses sanguines.

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM)

Ce type d’examen est conseillé, car il permet de voir toutes les lésions au niveau des vertèbres et des ligaments et de détecter une ostéite. L’IRM des sacro-iliaques facilite le diagnostic de SpA axiale.

Radiographie

Une radiographie permet d’observer l’inflammation ou l’érosion de l’articulation et permet de détecter le niveau de la raideur de la colonne vertébrale et de la hanche. Ainsi, il est possible de détecter les lésions rachidiennes.

Les analyses sanguines

On procède à une analyse sanguine pour détecter la présence d’une spondylite. Pour cela, il suffit d’analyser la qualité du sang. Lorsque la vitesse de sédimentation et la quantité de protéine C-réactive sont élevées, il est possible détecter le mal. Cependant, ce moyen ne permet pas de connaitre le stade de la maladie.

Par quel moyen guérir de la spondylarthrite ankylosante ?

Il s’agit d’une maladie chronique, ce qui veut dire qu’on n’en guérit pas. Par contre, il est possible d’apaiser les douleurs, d’éviter des complications et de ralentir les effets de l’inflammation. Pour cela, un médecin peut prescrire des anti-inflammatoires disponibles en pharmacie. En dehors des traitements, il peut être nécessaire de se tourner vers des professionnels de la santé afin de traiter les autres maux découlant de la spondylarthrite ankylosante. En ce qui concerne le patient, il est conseillé qu’il s’adonne à une activité physique régulière. 

Articles similaires

4/5 - (1 vote)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici