RETOUR AU SOMMAIRE
Retour à la page d'accueil sur les drogues
 
 

On appelle drogues de synthèse (souvent désignées par leur nom anglais, designer drugs) des substances psychotropes synthétisées artificiellement par opposition aux drogues d'origine végétale (haschich, opium, cocaïne) ou semi synthétique (héroïne, LSD). 
Fabriquées à partir de précurseurs produits par l'industrie chimique, les drogues de synthèse ont connu un développement considérable de leur production au cours des dernières années et le nombre de leurs consommateurs, qui est de l'ordre de 30 millions aujourd'hui dans le monde, est désormais en deuxième position derrière celui des consommateurs de cannabis chez les utilisateurs de drogues illicites. 
Parmi les plus répandues de ces substances, on compte notamment les stimulants de type amphétamine et leurs différents dérivés (métamphétamine, MDA, ecstasy etc.) dont les saisies mondiales sont passées de 280 kg en 1976 à 1,4 tonnes en 1990 puis à 14,5 tonnes en 1996. 

L'augmentation spectaculaire de la production et de l'usage de ces substances est liée à la fois à la facilité de leur synthèse, qu'il est souvent possible de réaliser à partir de matière première non contrôlée, et à l'apparition de nouveaux modes de consommation des drogues (culture des raves notamment). Le plus souvent, leur formule chimique les exclut initialement des listes nationales et internationales des substances interdites et c'est seulement lorsqu'elles sont identifiées en raison d'un usage abusif qu'elles peuvent y être placées. C'est ainsi que la MDMA (ecstasy) synthétisée pour la première fois en 1912 et redécouverte en 1970 put être utilisée sans contrôle jusqu'en 1985 avant d'être interdite aux USA puis placée sur la liste I de l'ONU. 
De même, la 2CB apparue au début des années 90 n'a été  interdite aux USA qu'en 1994 et en Europe en 1997. 
Des centaines de psychotropes nouveaux, inconnus dans la nature, sont susceptibles d'être produits de façon entièrement synthétique, notamment des opiacés et des dérivés d'amphétamines, obligeant les autorités sanitaires à une veille permanente pour identifier les nouveaux produits mis en circulation et les précurseurs utilisés pour les synthétiser.


 
 

Molécule d'amphétamine


Les stimulants de type amphétamine (STA) constituent une vaste famille chimique de psychotropes de synthèse construits à partir de la molécule de phényléthylamine. Ils regroupent des dizaines de dérivés chimiques de cette molécule parmi lesquels des psychostimulants, des anorexigènes et des hallucinogènes. Seuls les dérivés dextrogyres sont psychoactifs.
L’amphétamine au sens strict est l’alpha-méthyl-phényl-éthylamine dextrogyre, le nom amphétamine correspondant à l'acronyme de la formule chimique : [a(alpha)-m(méthyl)-ph(phényl)ét(éthyl)amine]. C'est un puissant stimulant du système nerveux central et un anorexigène très efficace. Cependant, l’amphétamine n’a quasiment pas d’utilisation thérapeutique, à quelques rares exceptions près comme le traitement du surdosage de barbituriques et de la narcolepsie, et elle a donc logiquement disparu de la pharmacopée française en pratique courante. 
Les propriétés anorexigènes des amphétamines ont également conduit à la synthèse de nombreux dérivés destinés à contrôler l’appétit mais plusieurs d'entre eux se sont révélés dangereux et ont été écartés de la pharmacopée.
D'autres modifications de la molécule d'amphétamine renforcent les propriétés stimulantes (métamphétamine) ou lui confèrent des propriétés hallucinogènes (méthoxyamphétamines).
La synthèse chimique des amphétamines étant relativement simple, elle sont produites dans le monde entier par des laboratoires clandestins qui approvisionnent un vaste marché illicite puisque les utilisateurs de STA constituent désormais le second groupe en nombre des utilisateurs de substances prohibées.



 

Molécule de tryptamine


La tryptamine est un produit de dégradation de l'acide aminé tryptophane naturellement présent chez tous les organismes et qui est dénué de propriétés psychotropes. C'est également le squelette chimique de la sérotonine (5 hydroxy-tryptamine), un important neurotransmetteur du système nerveux central dont les fonctions physiologiques sont perturbées  par diverses molécules, notamment les hallucinogènes comportant un noyau indol (DMT, LSD). 
Des dérivés hallucinogènes comportant le noyau indol comme l'ibogaïne, l'harmaline ou la diméthyltryptamine (DMT) sont naturellement présents chez certaines plantes et divers dérivés synthétiques ont été produits.


Molécule de tryptamine
(animation CHIME)



Molécule de phencyclidine

La phencyclidine est un anesthésique - analgésique dérivé de la pipéridine. Synthétisée pour la première fois en 1959, elle est utilisée surtout en médecine vétérinaire, son usage en médecine humaine ayant cessé en 1965 en raison de ses effets secondaires. 
Appelée le plus souvent PCP ou poussière d'ange (angel dust en Anglais), elle est légèrement stimulante à faible dose et perturbe les perceptions et la conscience à dose plus élevée. 
L'abus de PCP existe surtout aux USA.
 



Molécule de kétamine


Anesthésique utilisé notamment en médecine vétérinaire pour endormir les gros animaux pendant une courte durée car elle est dépourvue d'effets secondaires, la kétamine a été aussi utilisée dans le même but en chirurgie. 
Chez l'homme, elle a des effets de courte durée avec altération de la conscience mais elle peut aussi entraîner un état d'inconscience. 
L'abus de kétamine existe surtout en Grande Bretagne. 
 



Molécule de méthaqualone


Hypnotique non barbiturique à effet sédatif général, la méthaqualone, appelée aussi Mandrax (son ancienne dénomination commerciale) ou quaaludes, a été retirée de la pharmacopée mais continue d'être produite clandestinement en Afrique et en Inde où sa consommation reste importante.
 
 



 

Les molécules ci-dessus et leurs dérivés psychoactifs sont présentés en animation CHIME dans les pages correspondantes


RETOUR AU SOMMAIRE
TOUS DROITS RÉSERVÉS
Didier Pol © 2001
dpol#noos.fr
Emplacements des visiteurs de cette page

N'hésitez pas à faire connaître vos impressions, commentaires, suggestions etc