Sportifs de haut niveau, octobre 95

Durée de l’épreuve : 3 h 30

Coefficient : 6 (enseignement obligatoire) ou 8 (enseignement de spécialité en SVT)

SUJETS



PARTIE I : (7 points)

Les cellules de l’immunité

Toutes les cellules immunitaires naissent dans la moelle osseuse.

Présenter l’ensemble de ces cellules en indiquant sommairement leur rôle et expliquer comment au cours de leur maturation, certaines d’entre elles acquièrent leur capacité à distinguer le non-soi.

Des schémas soignés illustreront l’exposé.

Accès au corrigé


Avant de commencer
Faire la liste des cellules du système immunitaire avec leurs définitions.
Attention aux hors-sujets.

PARTIE II : (8 points)

Une maladie génétique : la mucoviscidose

La mucoviscidose est une maladie grave associant troubles digestifs et respiratoires. Ces troubles, qui s’aggravent au fil des années, sont dus à une viscosité excessive des sécrétions des glandes muqueuses de l’organisme.

Un individu sans antécédents familiaux connus a un risque sur 22 d’être hétérozygote pour le gène concerné.

Le document 1 représente l’arbre généalogique d’une famille dont certains membres sont atteints de mucoviscidose.

Le document 2 présente les séquences d’une partie de deux allèles du brin transcrit du gène concerné.
 




A partir de l’ensemble des informations données, établir le mode de transmission et l’origine de la maladie, puis calculer le risque pour le couple II3-II4 d’avoir un enfant atteint.

Accès au corrigé


Avant de commencer
Commencer toujours par rechercher si un enfant atteint est issu de parents non atteints pour déterminer dominance et récessivité.
Examiner ensuite si l’allèle responsable peut être porté par X.

PARTIE III : Enseignement obligatoire (5 points)

Un exemple de spéciation


La rainette Hyla versicolor est connue depuis fort longtemps dans l’est de l’Amérique du Nord. Pendant la période de reproduction, comme chez les grenouilles et les crapauds, la fécondation externe est favorisée par la formation des couples, la femelle rejoignant le mâle qui chante.

En 1950, en étudiant le chant d’appel des mâles, on s’est aperçu que l’on pouvait distinguer parmi ces rainettes morphologiquement semblables, 2 catégories à répartition géographique différente.

Des croisements effectués en laboratoire, à partir de populations de chaque catégorie, ont fourni des descendants généralement stériles.

La réalisation des caryotypes de chaque catégorie a permis d’établir le document 3.
 
 



En s’appuyant sur une étude méthodique de ces différentes données, montrer comment cet exemple illustre un des mécanismes de la spéciation (on interprétera la stérilité des descendants obtenus à l’aide de schémas figurant les chromosomes I et IX du document 3).

Accès au corrigé


Avant de commencer
Rappelez-vous la définition biologique de l’espèce et les conséquences possibles de l’isolement géographique.

PARTIE III : Enseignement de spécialité (5 points)

Les variations de la vitesse de sédimentation dans un milieu océanique

Deux carottes de sondage ont été extraites dans des sédiments quaternaires, aux environs de la Nouvelle Calédonie, à des profondeurs voisines de 2300 m. L’une (carotte 21) au large des côtes sud-ouest, l’autre (carotte 97) au large des côtes nord-est (document 3). Les sédiments sont des boues carbonatées d’origine marine auxquelles se mêlent des produits détritiques (sables quartzeux et argiles).

Les datations au carbone 14 des carbonates ont été faites à divers niveaux des carottes (document 4).
 



Représenter sur le même graphique l’évolution de l’épaisseur des dépôts en fonction du temps pour les tranches A-B, B-C, C-D (carotte 21), A’-B’, B’-C’ (carotte 97), comparer, pour les deux sites, l’évolution de la vitesse des dépôts en cm pour 1000 ans et proposer une explication en utilisant les documents 3 et 4.

Accès au corrigé

Avant de commencer
Appliquez-vous pour la construction du graphique.
Reliez les informations du document 3 pour essayer d’y trouver une cause à la différence de l’intensité de sédimentation entre les zones sud-ouest et nord-est.