Observation au microscope optique des stomates de feuille de poireau


  • Introduction
Les feuilles de poireau constituent un matériel facile à utiliser pour observer l'organisation des stomates, ces structures microscopiques situées à la surface de l'épiderme des feuilles qui régulent, par leur degré d'ouverture soumis à un contrôle complexe, les échanges de gaz, dioxyde de carbone, dioxygène et vapeur d'eau, dont dépend le fonctionnement de la plante.
L'épiderme des feuilles de poireau comporte de nombreux stomates disposés régulièrement. On peut le séparer aisément du parenchyme chlorophyllien sous-jacent de façon à l'observer au microscope. Il convient d'utiliser du matériel frais, récemment récolté.
  • Préparation
Le parenchyme chlorophyllien est un tissu formé de plusieurs couches de cellules contenant les chloroplastes, les organites cellulaires qui réalisent la photosynthèse et donnent sa couleur verte à la feuille. Il est recouvert sur chacune des faces de la feuille par un épiderme transparent, non chlorophyllien à l'exception des cellules de garde des stomates. Ces dernières, qui délimitent un orifice, l'ostiole, à travers lequel diffusent les gaz (dioxyde de carbone, dioxygène et vapeur d'eau), règlent par leur activité le diamètre de l'ostiole et donc l'intensité des échanges gazeux.
L'observation de l'épiderme nécessite de le décoller du parenchyme chlorophyllien. Pour cela, couper un fragment de feuille et faire deux entailles parallèles séparées de quelques mm et perpendiculaires à la section de la feuille. Avec des pinces fines, soulever la partie de l'épiderme ainsi délimitée jusqu'à obtenir un fragment d'environ 1 cm de long.



Le fragment est soulevé avec des pinces
Détail du fragment d'épiderme

Sectionner le fragment et le déposer bien à plat dans une goutte d'eau placée sur une lame. Recouvrir d'une lamelle.
Attention, le sens dans lequel l'échantillon est disposé sur la lame n'est pas indifférent. Selon que la partie interne
ou la partie externe de l'épiderme est placée sur la lame,  l'observation sera quelque peu différente : dans le premier cas, on observera la surface externe de l'épiderme et des stomates, alors que dans le second cas, on en observera la face interne. La structure des stomates est mieux visible dans le premier cas .
  • Observations
L'exploration de la préparation au faible grossissement permet de localiser les zones où l'épiderme débarassé de tissu chlorophyllien peut être aisément observé. L'observation à des grossissements plus élevés permet d'identifier les cellules jointives avec leur paroi et leur noyau :


Epiderme de feuille de poireau (microscope optique X 100)
Noter les cellules épidermiques non chlorophylliennes très allongées et les nombreux stomates.
Détail de deux stomates (microscope optique X 600)
Chaque stomate est formé par deux cellules de garde réniformes portant un épaississement interne. Elles délimitent l'orifice de l'ostiole. Noter la présence de chloroplastes à l'intérieur des cellules de garde.
TOUS DROITS RÉSERVÉS
Didier Pol © 2006 
N'hésitez pas à faire connaître vos impressions, commentaires, suggestions etc.

dpol#noos.fr
Emplacements des visiteurs de cette page