Antilles-Guyane, septembre 1999

Corrigés

Les textes des corrigés sont en bleu, en italiques à l'exception des légendes des figures, des courbes et des tableaux


Partie I
Biologie humaine et physiopathologie

1. Anatomie (1,25 point)
1.1
L’appareil urinaire vu de face

1.2
Voir document 1 complété

2. Physiologie (8 points)

2.1 Élaboration de l’urine

2.1.1

Voir document 2

2.1.2
 
Constituants non filtrés : protéines, acide hippurique. Quantité filtrée : 0. Les protéines ne sont pas filtrées car elles ne passent pas le filtre glomérulaire en raison de leurs dimensions moléculaires (macro-molécules).
L’acide hippurique ne peut pas être filtré car il est absent du plasma.

Constituants filtrés et totalement réabsorbés : glucose. Le glucose est présent dans l’urine primitive à la même concentration que dans le plasma (filtration) mais il est absent de l’urine définitive ce qui montre qu’il est entièrement réabsorbé dans les conditions normales.

Constituants filtrés et partiellement réabsorbés : ions sodium, urée. Les quantités de sodium et d’urée excrétées en 24 h sont inférieures aux quantités filtrées dans le même temps. Il y a donc réabsorption.

Constituants filtrés et sécrétés : ions ammonium. La quantité excrétée en 24 h est supérieure à la quantité filtrée. Il y a donc sécrétion.

Constituants sécrétés : acide hippurique. De l’acide hippurique est excrété alors qu’il est absent du plasma. Il y a donc sécrétion. 2.1.3


Sur 180 litres d’urine primitive qui passent quotidiennement à travers le glomérule, on ne retrouve que 1,5 litres excrétés. Il y a donc 180 – 1,5 = 178,5 L.j–1 de liquide réabsorbé.

2.2 Excrétion du glucose

2.2.1

Lorsque la glycémie est inférieure à 9 mmol.L–1 , tout le glucose filtré est réabsorbé et il n’y a pas de glucose excrété.
Lorsque la glycémie dépasse cette valeur, la fraction du glucose filtré supérieure à 9 mmol.L–1 n’est pas réabsorbée et passe dans l’urine définitive.

2.2.2

Voir document 3.

2.2.3

Au delà de la valeur seuil de 9 mmol –1 , les capacités de réabsorption du glucose par les tubules rénaux sont saturées. Ce qui n’est pas réabsorbé se retrouve donc dans l’urine définitive.

2.2.4

Le rein n’a pas d’influence sur la glycémie tant que la valeur de cette dernière ne dépasse pas 9 mmol.L –1 . Au delà, du glucose est éliminé avec les urines proportionnellement à sa concentration plasmatique.

2.3 Régulation de l’excrétion de l’eau.

2.3.1

L’expérience a montre que la post-hypophyse est impliquée dans le contrôle de la diurèse. L’expérience b montre que la polyurie induite par l’ingestion d’eau est immédiatement freinée par l’injection d’extraits post-hypophysaires.
On en déduit qu’une substance chimique, une hormone, sécrétée par la post-hypophyse est capable de limiter la diurèse.

2.3.2

La substance active est l’hormone antidiurétique (ADH) ou vasopressine. Elle limite la diurèse en augmentant la réabsorption de l’eau par le rein. Elle agit au niveau des néphrons sur la perméabilité à l’eau des tubes collecteurs.

2.3.3



2.4 Régulation de l’excrétion des ions sodium

2.4.1

On constate chez les animaux privés de glandes surrénales une diminution de la concentration en ions sodium dans le plasma et une augmentation dans l’urine. On en déduit que la glande surrénale intervient dans la réabsorption des ions sodium en la stimulant puisque les animaux opérés perdent davantage de sodium dans les urines (hypernatriurie) et se retrouvent en hyponatrémie.

2.4.2

L’hormone corticosurrénalienne qui intervient dans l’excrétion urinaire des ions sodium est l’aldostérone. Elle favorise la réabsorption des ions sodium par les tubules rénaux.

2.4.3

Le couplage du transport des ions H+ et Na+ conduit à une augmentation de la sécrétion de protons dans l’urine, donc à une baisse du pH urinaire lorsque la réabsorption du sodium augmente. Inversement, chez l’animal surrénalectomisé, la baisse de réabsorption du sodium conduit à une baisse de la concentration en protons qui correspond à l’augmentation du pH urinaire de 5 à 6. En outre, moins de protons étant éliminés dans l’urine, le plasma en élimine moins ce qui explique la baisse du pH plasmatique chez les animaux opérés de 7,35 à 7,2.

Retour à la page des sujets



Partie 2 (6 points)
PHYSIOPATHOLOGIE

1. L’athérosclérose (3,75 points)
1.1

L’athérosclérose est une lésion dégénérative sclérosante de la surface interne d’une artère. (Synonyme d’athérome bien qu’on réserve parfois le terme d’athérome aux dépôts sur l’aorte et les gros vaisseaux, et le terme d’athérosclérose à l’oblitération plus ou moins complète des artères de calibre moyen).

1.2

Les conséquence de l’athérosclérose sur la paroi des artères sont la perte d’élasticité, l’épaississement interne conduisant à une diminution du diamètre interne de l’artère, voire à son oblitération (sténose) plus ou moins complète, et la fragilisation.
Les complications évoquées dans le texte sont liées aux atteintes des artères coronaires (douleurs précordiales à l’effort et au stress disparaissant au repos, rythme cardiaque irrégulier) et à l’hypertension artérielle.

1.3

Les facteurs favorisants repérables dans le texte sont l’excès de nourriture, notamment de graisses, le tabagisme, la sédentarité et le manque d’exercice, l’obésité, l’hypertension artérielle, les antécédents familiaux.

2. Les examens paracliniques (2,25 point)

Électrocardiogramme

Principe

L’électrocardiogramme est l’enregistrement graphique des courants d’action produits par l’activité du coeur (activité électrique globale du coeur) au cours du temps à l’aide d’électrodes externes selon des dérivations standard.

Indications

Suspicion d’atteinte cardiaque, prévention, surveillance.

Avantages

Non invasif, indolore, non dangereux, rapide, peu coûteux, ne nécessitant pas de préparation du malade. L’enregistrement de l’ECG est également possible sur 12 à 24 h en continu (méthode de Holter).

Inconvénients

Nécessité d’une grande qualité technique, difficultés d’interprétation.

Doppler des membres inférieurs

Principe

C’est une méthode d’examen des vaisseaux (artères et veines) reposant sur l’utilisation de l’effet Doppler (décalage de la fréquence avec l’éloignement) appliqué à une source d’ultrasons se réfléchissant sur le sang en mouvement.

Indications

Le Doppler permet l’examen des artères et des veines et la détection des sténoses et plaques d’athérome.

Avantages

Le Doppler est une méthode non invasive, indolore, non dangereuse, nécessitant peu de préparation du malade, facile à faire et peu onéreuse. Il permet aussi de localiser et quantifier les emboles.

Inconvénients

Le Doppler est peu spécifique (il mesure la vitesse du sang dans un vaisseau mais cette dernière ne dépend qu’en partie du diamètre du vaisseau) et il y a possibilité de fausses images.

Radiographies des articulations coxofémorales

Principe

La radiographie conventionnelle est fondée sur l’utilisation des rayons X (RX) : l’impression d’une pellicule photographique après absorption différentielle des RX par les tissus traversés donne une image qui dépend des différences d’absorption du rayonnement par les tissus traversés.

Indications

La radiographie est particulièrement adaptée pour visualiser l’état des os ou toute zone de contraste important (par exemple entre un solide et une zone aérienne). Celle de l’articulation coxofémorale est indiquée pour la recherche d’une luxation congénitale (nourrisson), d’une coxarthrose, d’une pathologie traumatique ou inflammatoire (adulte, en particulier âgé).

Avantages

Appareillage très répandu de mise en oeuvre simple ; examen non invasif.

Inconvénients

Dose élevée de rayons X reçus par le patient ; nécessité d’administrer un produit de contraste dans certaines applications.

Retour à la page des sujets



Partie 3 (4 points)

TERMINOLOGIE MÉDICALE

1. Définitions (1,25 point)

Fébricule : élévation modérée de la température n’atteignant pas le stade de la fièvre véritable.
Arthralgie : douleur articulaire.
Anamnèse : ensemble des informations recueillies auprès d’un malade par l’interrogatoire sur sa maladie et son histoire.
Hémiplégie : paralysie d’une moitié gauche ou droite du corps.
Thrombose : formation d’un caillot à l’intérieur d’un vaisseau sanguin ou d’une cavité cardiaque.
Mycose : affection due à un champignon.
Laparotomie : incision de la paroi abdominale.
Splénomégalie : augmentation du volume de la rate.
Hypogastre : région latérale de l’abdomen située sous le diaphragme et les côtes.
Myélogramme : numération des types cellulaires présents dans un frottis de moelle osseuse.

2. Termes médicaux correspondant aux définitions (1,25 point)

1 – Uricémie
2 – Étiologique
3 – Antipyrétique
4 – Anorexie
5 – Cathéter
6 – Épistaxis
7 – Hyperglycorachie
8 – Gastroscopie
9 – Cholécystectomie
10 – Sérodiagnostic

3. Racines, formation et définitions des termes (1.5 point)

Intestin grêle

Entér-, entérite : inflammation de l’intestin grêle.

Traitement

Thérap-, thérapie : méthode de traitement.

Muscle

Myo-, myopathie : maladie du muscle.

Rouge

Érythro-, érythrocyte : globule rouge.

Retour à la page des sujets